Πέμπτη, 27 Νοεμβρίου 2014

Charles Baudelaire / Poem - Alchimie de la douleur (The Alchemy of Sorrow)

Δεν υπάρχουν σχόλια

L'un t'éclaire avec son ardeur,
L'autre en toi met son deuil, Nature!
Ce qui dit à l'un: Sépulture!
Dit à l'autre: Vie et splendeur!

Hermès inconnu qui m'assistes
Et qui toujours m'intimidas,
Tu me rends l'égal de Midas,
Le plus triste des alchimistes;

Par toi je change l'or en fer
Et le paradis en enfer;
Dans le suaire des nuages

Je découvre un cadavre cher,
Et sur les célestes rivages
Je bâtis de grands sarcophages.


One puts all nature into mourning,
One lights her like a flaring sun —
What whispers 'Burial' to the one
Cries to the other, 'Life and Morning.'

The unknown Hermes who assists
The role of Midas to reverse,
And makes me by a subtle curse
The saddest of all alchemists —

By him, my paradise to hell,
And gold to slag, is changed too well.
The clouds are winding-sheets, and I,

Bidding some dear-loved corpse farewell,
Along the shore-line of the sky,
Erect my vast sarcophagi.

Δεν υπάρχουν σχόλια :

Δημοσίευση σχολίου